Shave off seconds

BATTRE DES RECORDS AU POIL PRÈS

De nombreux sportifs professionnels font du rasage une véritable discipline, car un corps galbé révèle des muscles bien dessinés et peut aussi avoir des avantages techniques. Découvre les sports où une peau imberbe peut faire toute la différence pour la performance (et le look).

CYCLISME

Contrairement à l’opinion largement répandue par les cyclistes, se raser les jambes n’a rien à voir avec l‘aérodynamisme. Il n’y a aucune preuve scientifique attestant que les mollets lisses fendent le vent plus vite que des jambes poilues. La résistance de l’air est tout simplement trop faible pour faire une véritable différence. Tout se joue dans la tête. Bref, l’impression de se sentir comme un super sportif (avec le costume en lycra moulant) rend probablement le coup de pédale plus vigoureux.

La principale raison est la suivante : en cas d’accidents, les jambes rasées présentent un avantage certain, puisque les graviers et les saletés sont plus faciles à enlever sans poils collés par le sang. Les poils rendent aussi l’enlèvement de diachylon un peu plus pénible.

NATATION

Avant que les combinaisons haute performance ne soient autorisées, les nageurs professionnels avaient une bonne raison de se raser : l’eau est 1 000 fois plus dense que l’air et exerce une résistance proportionnellement plus importante. Une surface lisse peut fendre plus aisément l’eau.

Des études scientifiques attestent que le courant dit laminaire est singulièrement amélioré avec l’élimination des poils du corps. Et, dans les compétitions internationales de niveau olympique, un centième de seconde peut faire toute la différence entre une médaille d'or ou d'argent.

CULTURISME

Les culturistes n’ont aucun avantage autre qu’esthétique à se raser ou s‘épiler. Il s’agit plutôt de montrer les muscles bien dessinés car, dans ce domaine, le moindre détail compte.

Et, pour être honnête, à quoi servirait d’avoir un beau 6-pack bien découpé s’il était caché par un beau grand voile poilu ?